Publié dans Arts de la scene, Nature

Plaisir des yeux: Une chorégraphie poétique et hypnotique

Les oies et les grues sont déjà retournées vers le nord depuis plusieurs semaines. Mais je ne me lasse pas des ballets des petits oiseaux du jardin.

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir Murmuration, une chorégraphie hypnotique de Sadeck Waff. Admirons la beauté de la coordination des mouvements, que ce soient des animaux dans la nature, ou des danseurs. C’est envoutant et relaxant.

Par contre, et on peut s’en douter, essayer soi-même est plus que difficile (mais peut déclencher de bons fou-rire). C’est une activité excellente pour développer la coordination des mouvements et la collaboration. Je ne vous mets pas de photos de nos essais. On a encore des progrès à faire. Ca gâcherait le côté esthétique de ce post.

Bon mercredi !

Publié dans Creativite, Peindre et dessiner

Que faire des vieux calendriers ? Une activité créative, pardi !

Un calendrier, c’est bien pratique pendant 12 mois. On y programme les vacances, on marque les rendez-vous médicaux et les jours importants pour ne pas oublier l’anniversaire de tonton ou la fête des voisins. De nos jours, le choix est vaste. Exit le calendrier des PTT. On peut choisir de très jolies illustrations ou photos pour nous accompagner au fil des mois et des saisons. Mais lorsqu’arrive le mois de janvier suivant, il faut bien l’avouer, le beau calendrier de l’année passée n’est plus très utile. On peut le mettre au recyclage papier, mais j’avoue que j’ai toujours un pincement au cœur à l’idée de jeter ces belles images. Pourtant, je ne vais pas en couvrir mes murs. D’où l’idée de les intégrer à la pile de matériel créatif.

Nous avons utilisé :

  • Un calendrier 2020 avec de magnifiques photos sur le thème de l’eau (l’activité marche tout aussi bien avec de vieux magazines, ou même des brochures publicitaires)
  • Des marqueurs de couleurs (Les feutres classiques ont tendance à baver sur le papier glacé)
Préparer le matériel pour notre activité créative: un vieux calendrier et des marqueurs.

Notre activité :

  • Choisir une photo
  • Laisser voguer son imagination
  • Dessiner ce que l’on a imaginé sur la photo
  • Les règles à suivre : aucune, à part éviter d’écrire avec les marqueurs sur la table.

Découvertes et réflexions :

  • C’est une activité très rapide à mettre en place.
  • Un dessin rapide peut prendre quelques minutes. Le calendrier complet peut occuper une bonne heure. Tout dépend du niveau de détails. Il y en a pour tous les âges.
  • Une page blanche peut être effrayante quand on n’a pas d’inspiration. Les images – surtout celles de paysages – fournissent des sources d’idées, sans trop de contraintes.
  • Les 2 lutins ont passé une bonne demi-heure à dessiner et au moins autant à se raconter les histoires de leurs dessins. C’est parfait pour stimuler la créativité à plusieurs niveaux.
Comment rendre les brochures de supermarché aussi plus intéressantes…

Et vous, êtes-vous inspiré par votre calendrier ? Avez-vous envie de donner une seconde vie aux brochures publicitaires avant de les jeter ? Allez, je vous offre la page d’avril 2020. Ecrivez moi dans les commentaires ci-dessous ce que vous dessineriez sur cette page-ci.

Publié dans Art, Nature, Saisons

Plaisir des yeux : les cerisiers d’Hiroshige

En ce beau jour de la terre, je vous offre un petit moment de beauté autour des cerisiers en fleurs de l’artiste japonais Hiroshige (1797 – 1858). Parce qu’un peu de beauté nous aidera certainement à finir cette semaine.

Les sakuras japonais sont célèbres et des visiteurs viennent du monde entier pour les admirer. Les cerisiers de Bonn sont moins connus, mais tout aussi magnifiques (Cette opinion ne concerne que moi. Je ne suis pas allée au Japon. Amis japonais, si vous m’invitez, je suis prête à réviser mon opinion.)

Ces œuvres japonaises font partie de l’art Ukiyo-e, c’est-à-dire des œuvres faites à partir de block de bois sculptés, couverts d’encre appliqués sur du papier.

Il y a des activités sympas inspirées de cet art à faire avec les enfants. Si cela vous intéresse, laissez-moi un petit mot dans les commentaires. Je vous montrerai ça bientôt.

Bon mercredi, et bonne deuxième partie de semaine.

Publié dans Art, Inspiration Montessori, Sciences

A la découverte du corps : de Léonard De Vinci à Guilem

Dans cet article, vous trouverez :

  • Deux idées d’activités pour découvir le corps humain: le squelette et les organes.
  • Nos explorations et réflexions sur les écorchés de Léonard de Vinci
  • Le quiz qui Guilem a spécialement concocté pour vous, pour voir si vous connaissez bien votre corps. Bonne chance !

Guilem s’est pris d’une soudaine passion pour le corps humain. L’an dernier déjà, il avait eu une période squelette. Cette fois, il voulait découvrir les organes. « Maman, demain on peut faire des activités sur le corps ? » Bien entendu, mon chéri. Comment résister à une telle demande ? Mon fils veut apprendre. Et comme le dit Dr Maria Montessori, suivons l’enfant.

Heureusement, j’avais trouvé de fabuleux fichiers sur le blog : http://montessorietcie.eklablog.com/. Les fichiers comportent l’un les os principaux du squelette, l’autre les organes. Le tout forme un corps d’un mètre.

Découvrir les parties du squelette

Lorsqu’il avait joué avec les os, Guilem mesurait à peu près un mètre. Pile poil comme modèle ! J’avais tracé le contour de son corps sur une grande feuille. Il avait donc pu monter « son » squelette. Et ça l’avait vraiment bien amusé.

Découvrir les organes

Depuis, il a un peu grandi, mais notre « corps » a toujours la côte. Et les organes l’ont peu à peu garni. C’est un peu plus compliqué qu’un squelette avec les différents morceaux qui se chevauchent.

Silhouette d'enfant avec les organes en position (taille: 1 metre)

Les écorchés de Léonard de Vinci

Du coup, les questionnements ont jailli. Comment sait-on où est le foie, la rate ? Qui a découvert tout ça ? C’était le moment de dégainer Léonard de Vinci. Saviez-vous qu’en plus d’être un peintre et inventeur de génie, il est aussi un des pionniers de l’étude de l’anatomie du corps humain ? Nous avons regardé plusieurs de ses dessins. Quand on pense que De Vinci a réalisé ces dessins il y a plus de 500 ans, c’est fascinant !

Bien sûr, il y a d’autres artistes qui ont peint les détails du corps humains, et nous avons aussi regardé quelques-uns de ces écorchés. Mais j’avoue que les enfants ont été impressionnés, voire un peu effrayés. (Si vous voulez juger par vous-même, ceux-ci sont assez représentatifs : Jacques-Fabien Gautier-Dagoty (1746) https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Jacques-Fabien_Gautier-Dagoty,_French_-_Muscles_of_the_Back_-_Google_Art_Project.jpg?uselang=fr; Charles Landseer (1813) https://commons.wikimedia.org/wiki/File:An_%C3%A9corch%C3%A9_figure_(life-size),_lying_prone_on_a_table_Wellcome_L0020561.jpg?uselang=fr).

Cette découverte s’est accompagnée d’une franche discussion.

  • Non, je ne sais pas qui sont les gens sur les dessins.
  • Oui, ils étaient morts avant qu’on n’explore l’intérieur de leur corps.
  • Non, je ne sais pas de quoi ils sont morts.
  • Et je ne sais pas non plus si on les a recousus après (mais je pense que oui, tout de même, par respect).
  • Non je ne sais pas si cela sentait mauvais (en même temps, il n’y avait pas de frigo à l’époque, alors à moins de travailler dehors en plein hiver…).

Mais je me trompe peut-être. Si vous avez des infos à ce sujet, SVP partagez-les avec moi. Je m’émerveille toujours de l’étendue de la curiosité des enfants. Une fois adulte, on prend beaucoup de choses pour acquises. Du coup, on n’est pas toujours prêts à répondre à ces questions candides et fascinantes.

Le quiz de Guilem sur le corps humain

Nous avons ressorti quelques livres de la bibliothèque, dont: Le Corps, L’encyclopédie Larousse 6/9 ans. Guilem l’a lu plusieurs fois, et depuis il nous quizze à toute heure.

  • Quelle est la longueur de des intestins ?
  • Combien d’os y a-t-il dans le corps humain ?
  • Quelle est l’épaisseur de la peau ?
  • Quelle quantité de liquide le corps perd-il chaque jour (pipi, salive, transpiration) ?

Connaissez-vous les réponses ? Elles sont à la fin de ce post. C’est en partageant avec les autres que Guilem retient le mieux… et du coup nous apprenons plein de choses aussi.

Vos enfants aussi s’intéressent au corps humain ? Quels outils utilisez-vous pour répondre à leurs questions ?

Les réponses du quiz

  • Quelle est la longueur des intestins ? 6 mètres
  • Combien d’os y a-t-il dans le corps humain ? 206 os
  • Quelle est l’épaisseur de la peau ? 1 mm
  • Quelle quantité de liquide le corps perd-il chaque jour (pipi, salive, transpiration) ? 1.5 à 2 litres par jour. C’est pour cela qu’il est recommandé de boire 2 litres d’eau par jour… J’espère que mon lutin se souviendra de cette info.
Publié dans Art, Nature, Saisons

Plaisir des yeux : le magnolia de Matisse

Je vous offre un petit moment de beauté autour du magnolia pour célébrer le milieu de la semaine : le magnifique arbre en fleurs de mon jardin – dans lequel les lutins adorent grimper – et un tableau de Matisse.

Cet arbre était déjà grand lorsque nous avons emménagé durant l’hiver 2017-2018. Quelle surprise de le voir fleurir durant le premier printemps. Et chaque année, il nous offre ce spectacle magnifique. Son cycle de vie est intéressant : les bourgeons sont sur l’arbre presque tout l’hiver. Les fleurs s’ouvrent vers le mois d’avril. Puis les feuilles poussent. Parfois nous avons la chance d’avoir une deuxième floraison plus tardive. Puis un gros fruit vert apparait (désolé je ne connais pas le nom botanique). Les feuilles tombent. Les bourgeons apparaissent et on recommence.

Evan et Guilem adorent grimper dans ses branches toute l’année. Mais c’est au printemps que les photos sont les plus jolies.

Les magnolias ont inspiré plusieurs artistes, dont Henri Matisse. J’aime beaucoup ses toiles sur fond rouge dont cette « Nature morte aux magnolias » de 1941. La fleur est coupée et pourtant son énergie irradie et semble éclairer les objets sur la table.

Bon mercredi, et bonne deuxième partie de semaine.

Credit photo: Tableau de Matisse: Benjamin, 2011, Flickr

Publié dans Art, Creativite, Peindre et dessiner

Mondrian, c’est carrément coloré

Dans cet article, vous trouverez :

  • Pourquoi Mondrian ?
  • Trois idées d’activités créatives autour de l’œuvre abstraite de l’artiste.
  • Quelques anecdotes amusantes qui nous connectent à l’artiste sans faire de grands discours.
  • Et comment Mondrian nous a fait jouer aux anagramme, danser le boogie et créer.

Pourquoi explorer Mondrian avec les enfants ?

Aborder l’art abstrait avec des enfants, ça peut paraitre impressionnant pour les adultes (comment vais-je lui expliquer cela ?). Pourtant, avec mes loulous et plusieurs de leurs copains, ça s’est toujours bien passé. En général, Evan et Guilem sont attirés par les œuvres très réalistes. Mais, et c’est une interprétation très personnelle, ils se disent peut-être qu’ils ne sont pas encore capables de peindre comme Rembrandt ou Renoir, alors que les lignes de Mondrian et les taches de Pollock semblent tout de même plus accessibles.

Avec l’art abstrait, nous avons pris le parti de ne pas essayer d’interpréter, mais juste de comprendre un peu la démarche de l’artiste. Dans sa jeunesse, Mondrian aimait bien peindre des paysages, surtout des arbres. Mais ses œuvres les plus célèbres sont des compositions géométriques de couleurs primaires, noir et blanc. Son idée est de simplifier au maximum les formes et les couleurs. L’artiste y voyait une forme de spiritualité.

Trois idées d’activités autour de l’œuvre de Mondrian

#1. Avec une règle, des ciseaux, une feuille de papier noir pour le fond et des feuilles colorées pour les formes

Nous avons choisi rouge, bleu, jaune et blanc, comme l’artiste.

L’objectif: travailler la composition.

Après tout, un tableau de Mondrian est une excellente opportunité de réviser les formes géométriques de base. Un rectangle, c’est 4 angles droits et les côtés opposés de la même longueur.

Sur les feuilles colorées : on mesure, on dessine, on coupe des rectangles de différentes tailles. On les arrange sur la feuille noire, on colle quand on aime la vue d’ensemble, et voilà ! Pour le petit lutin, c’est moins facile que ça n’en a l’air.

Tracer et decouper des rectangles de couleurs en papier

#2. Avec crayons et un marqueur noir – et SANS règle.

L’objectif: travailler le traçage de lignes à main levée

Sur une feuille blanche, on dessine des rectangles de différentes tailles avec le marqueur. Le grand défi, c’est de faire comme Mondrian et de tracer les traits à main levée. Pas facile facile. Ensuite, on choisit 3 couleurs pour colorier les rectangles. Certains restent blancs. On peut éventuellement repasser les lignes au marqueur pour faire plus net.

Tracer les lignes à main levée
Colorier les rectangles

#3. Explorer Mondrian avec Powerpoint

L’objectif: travailler les mélanges de couleurs.

Sur Powerpoint, j’ai préparé une diapo avec des rectangles de tailles différentes. J’ai ensuite copié la forme sur plusieurs diapos. Les lutins ont appris à cliquer pour sélectionner une forme, et à choisir une couleur pour la remplir. Nous avons joué d’une part avec les couleurs primaires et secondaires, d’autre part avec les différentes nuances d’une même couleur. Gros succès. On ne l’arrêtait plus. Vous pouvez voir quelques unes de leurs réalisations ci-dessous (essayez donc de faire bouger la double flêchepour passer d’une composition à l’autre).

Quelques anecdotes amusantes sur Mondrian

J’aime bien raconter quelques histoires pendant que nous faisons une activité.

Le saviez-vous?

  1. Son vrai nom est Pieter Cornelius Mondriaan. Dans le milieu artistique, il se fait appeler Piet Mondrian. C’est un anagramme. Saurez-vous trouver lequel ? Evan y est arrivé en environ 10 minutes (solution à la fin du post).
  2. Mondrian n’utilisait pas de règle pour préparer ses toiles. (Nous, pour la première activité, on a triché).
  3. Mondrian utilisait les murs de son studio à Paris pour expérimenter avec les formes et les couleurs. Il vivait dans une œuvre en 3 dimensions. Plutot cool comme idée.
  4. Nous avons la covid. En 1918, Mondrian a attrapé la grippe espagnole, qui a fait des millions de victimes. Mais Mondrian a survécu.
  5. Mondrian adorait dancer le boogie woogie. Du coup, on a essayé aussi. On n’est pas très doué (donc pas de photos) mais on s’est bien amusé. Nous avons trouve un tuto simple et sympa sur le Club Chutney: https://www.youtube.com/watch?v=d7AlFGeIqRE
  6. Mondrian a inspiré la mode. Yves Saint Laurent a créé plusieurs robes directement inpirées par les lignes noires et les blocs colorés des toiles de l’artiste. Depuis, on trouve de nombreux vêtements, chaussures, accessoires dans le même style.
  7. Le groupe américain White Stripes a compose un album intitulé De Stijl (le style) en 2000, inspiré par l’artiste.

La solution de l’anagramme : Piet Mondrian est l’anagramme de I paint modern

Publié dans Activite manuelle, Art, Nature

Nid douillet

Abonnez-vous au blog pour recevoir l’ensemble des supports
que j’ai utilisé pour cette discussion sur les nids.

C’est le printemps… enfin presque. Le thermomètre peine à atteindre les 2 chiffres, mais la nature commence à s’activer. Les crocus et les narcisses colorent déjà la pelouse tandis que les tulipes et iris essaient de se faire remarquer et les fleurs de magnolias s’étirent dans leurs coques veloutées. Et surtout, les petites mésanges tournent autour des nichoirs. Youhou !

C’était donc un parfait moment pour parler de nids.

Le nid, côté art – découvertes et discussion

Pour cette activité, j’ai collecté une série d’images sur le thème du nid : des photos de nature, des œuvres d’art, des objets design, etc. Nous avons visionné ces diapos en papotant.

J’ai d’abord demandé aux lutins à quels mots leur faisait penser un nid :  œuf, poussin, oiseau, douillet, chaud, naturel, petit. Pas de doute. Ils étaient inspirés.

Ce fut l’occasion de reparler des animaux ovipares, des mammifères, et des très rares mammifères ovipares (vous voyez de qui je veux parler ?). Et aussi des nids qui ne sont pas si petits. Saviez-vous que l’aire de l’aigle royal fait en général 2 à 3 mètres de diamètre ? Le plus gros nid connu est un nid de 6,1 m de haut pour un diamètre de 2,59 m.

Observer, decrire, et echanger des idees sur une oeuvre d'art: ici sur des tableaux de Matisse

(Souhaitez-vous decouvrir l’ensemble des œuvres que nous avons explorées? Enregistrez-vous sur la page de garde du blog. Je vous enverrai toute la présentation).

Parmi la sélection que je leur ai proposée, les lutins ont été particulièrement attirés par les tableaux de Magritte, surtout « Le Printemps ». Voici quelques commentaires de mes écolos en herbe :

  • Ciel bleu, feuilles vertes, œufs : c’est le printemps.
  • L’oiseau vit dans la forêt. C’est pour cela qu’il est couvert de feuilles. Cela montre où est sa vraie maison.
  • L’oiseau est libre.
  • Le nid et les œufs sont sur un mur construit par l’homme. Ils n’ont rien à faire là. C’est dangereux. L’oiseau ne peut pas couver. Le nid devrait être dans la forêt.

Magritte, Le Printemps

Et vous, que vous inspire ce tableau ?

Le nid côté jardin – une activité manuelle

L’an dernier, une famille de petites mésanges bleues a emménagé dans le jardin et pondus des œufs deux fois. Nous avons pu observer la ronde incessante des parents pour nourrir les oisillons et la première sortie des bébés. Et à l’automne, nous avons ouvert le nichoir pour le nettoyer et avons découvert le nid. Et la définition de douillet est devenue évidente : une accumulation de mousses, herbes, feuilles, poils, plumes, etc.

Cette année, nous avons voulu les aider (parce que bien entendu les mésanges n’attendaient que cela pour nicher). Nous avons donc préparé un « distributeur » de matériels.

Nous avons utilisé :

  • Une couronne en bouleau que j’avais faite l’an dernier avec des rameaux torsadés.
  • Des bouts de laine
  • Des herbes sèches
  • Des poils de lapin (contribution printanière de nos chers Roudoudou, Cachou et Petidoux)

Notre activité :

  • Nous avons enfilé les bouts de laine et les herbes entre les rameaux (pas trop serrés pour que les petits becs puissent les tirer, pas trop lâche pour que ça tienne quand il vente).
  • Nous avons tassé la fourrure toute douce sur la structure.
  • Nous avons suspendu le tout sur un arbre, près des nichoirs.
  • Tada ! C’est prêt ! Ne reste plus qu’à attendre que les oiseaux viennent..
Construire et decorer la couronne
Au jardin, la couronne attend les petites mesanges.

Nos découvertes et réflexions 

En général, les discussions sur un thème artistique commencent de manière assez structurée, et puis on se laisse emporter par le flot de la discussion. Laissons-nous aller. Ce sont de très bons moments d’échanges où chacun y va de son anecdote.

Les enfants adoreraient avoir un gros nid plein de coussins.

Nous n’avons pas forcément les mêmes goûts que les oiseaux. Ce qui nous semblent douillet et invitant ne l’est pas forcement pour nos amis à plumes. Mais apparemment, nous apprécions tous la fourrure des lapins. Les poils, c’est top pour nos amis à plume.

Un distributeur de laine, ça apporte un peu de couleur dans le jardin, en attendant les vraies fleurs.

Deux couples de mésanges ont déjà emménagé !

Et vous, aimez-vous observer les oiseaux ? Partager vos astuces pour les attirer dans les commentaires.