Publié dans Activite manuelle, Art, Creativite, Cuisine, Inspiration Montessori, Nature, Peindre et dessiner, Saisons

7 idées d’activités créatives avec des pâquerettes.

Dans cet article, vous trouverez :

  • De nombreuses légendes sur la pâquerette : nos ancêtres autour du monde accordaient plus d’attention à cette petite fleur que nous.
  • 7 idées d’activités créatives, gustatives et cosmétiques autour des pâquerettes.

J’adooore cette saison. Et j’adooore les pâquerettes. Notre gazon ne désemplit pas de ces petites fleurs blanches. Nous tondons, elles repoussent. C’est une manne qui semble inépuisable, du moins pendant quelques mois. C’est notre quatrième printemps dans notre jardin. Nous avons donc eu de multiples occasions d’explorer le potentiel de ces belles, bellis perennis de leur nom latin.

Légendes autour des pâquerettes

Eugène Rolland rapporte la légende suivante dans son livre « Flore populaire ou histoire naturelle des plantes dans leurs rapports avec la linguistique et le folklore ». La pâquerette serait née des larmes versées par Marie Madeleine quand elle ne trouva pas Jésus dans son tombeau au jour de sa résurrection.

Selon une autre croyance populaire, les pâquerettes auraient d’abord été complètement blanches. Un petit berger, l’offrit à Jésus, qui le baisa du bout des lèvres. Le cœur de la fleur devint jaune d’or et que le bord se marqua de rose à l’endroit du baiser. Une autre légende veut qu’un jour l’enfant Jésus se piqua avec une épine. Pour le consoler sa mère lui cueillit une pâquerette. Une goutte de sang coula sur la corolle et depuis, les pétales de la petite fleur sont teintés de rose.

Les celtes pensaient que les pâquerettes avaient le pouvoir d’arrêter la croissance. Une fée Milka en aurait donné en cachette à un prince pour qu’il reste à tout jamais enfant.

Une légende nordique raconte que dans les sombres forêts les arbres souffraient de ne pas voir le ciel bleu durant l’hiver. Baldur, dieu de la lumière, fit apparaître à leurs pieds une toute petite fleur en forme d’œil – une pâquerette – pour les prévenir de l’arrivée du printemps.

La nymphe romain Belidès se transforma en pâquerette pour échapper aux avances de Vertumnus , le dieu des saisons, et de la croissance des plantes.

Que d’histoires pour une petite fleur bien modeste et bien souvent ignorée de nos jours !

Comment utiliser les pâquerettes ?

Il est toujours possible de faire des mini bouquets. Malheureusement, ces petites fleurs sont plus résistantes dans le sol que dans un vase. Alors, que faire d’autre ? Nous sommes passé à l’action.

1. Grignoter
Dans leur section du jardin, nos lapins Roudoudou, Petidou et Cachou adorent croquer une petite fleur par ci par là. Pas besoin de préciser qu’ils ont toujours la priorité. Nous jouons avec celles qu’ils ont bien voulu nous laisser.

Les paquerettes comme snacks pour lapins.

2. Observer
Avec une loupe, ou à quatre pattes et le nez dans le gazon (au ras des pâquerettes 😊), les lutins aiment observer les fleurs. Observer est une première étape importante pour apprécier la nature.

Observer une paquerette a la loupe pour mieux apprecier la nature.
Peindre avec des paquerettes

3. Dessiner et peindre
Bien sûr, nous pouvons dessiner ou peindre une pâquerette sur une feuille. Nous pouvons aussi les tremper dans la gouache pour s’en servir de pinceau – tampon naturel. Ou bien nous les posons sur du papier, et tamponnons de la couleur autour pour créer une empreinte. Il y a plus d’une manière de créer avec une fleur. Laissons gambader notre imagination.

4. Coller
Toujours dans la catégorie arts visuels, nous réalisons des tableaux floraux avec des herbes, des fleurs et des pétales de saisons. La pâquerette est une ressource abondante.

5. Tresser
Avec une aiguille, et un peu de patience et dextérité, petit lutin a percé les cœurs jaunes pour créer une jolie guirlande. Ces guirlandes ne tiennent pas très longtemps, mais font une très jolie décoration printanière. C’est un excellent exercice de motricité fine.

Faire une guirlande de paquerette pour developper la matricite fine.
Salade verte avec des paquerettes

6. Grignoter encore
De nombreuses études ont identifié de multiples propriétés aux pâquerettes. Elles contiennent de la vitamine A et des minéraux (potassium, calcium, magnesium, phosphore, fer). Au-delà de leurs propriétés, je trouve qu’elles décorent à merveille mes salades. Les fleurs ont un goût légèrement amer, et les fleurs chatouillent un peu la gorge. Cette semaine, j’ai bien envie de tester une omelette aux épinards et aux fleurs.

7. Hydrater
Pour la deuxième année, nous avons réalisé de l’huile de pâquerettes. Nous ramassons les plus belles fleurs et les faisons sécher. Puis nous les faisons macérer dans de l’huile végétale (pour nous de l’huile de tournesol organique). Après quelques semaines, elle prend une belle couleur dorée. Filtrée, et avec quelques gouttes de vitamine E, elle se conservera plus longtemps. Cette huile nous a servi tout l’hiver dernier pour nous hydrater le corps. Elle a un effet tonifiant et raffermissant des tissus: elle est recommandée pour hydrater la poitrine ou pour le ventre des femmes enceintes. Christophe, d’Althéa Provence, la nomme « l’esthéticienne des prés ». Vous pouvez consulter son article très complet sur les multiples vertues médicinales de la belle.

Ces idées vous inspirent-elles ? Et vous, que faites-vous avec des pâquerettes ?

Publié dans Art, Nature, Saisons

Plaisir des yeux: Sous le soleil de Pissaro exactement

Ca y est. Il fait enfin beau. Il était temps vu que l’on est déjà au mois de juin.

Alors célébrons l’arrivée de l’été avec ce magnifique lever de soleil coloré de l’artiste impressionniste Camille Pissaro. Il représente tout ce dont j’ai besoin en ce moment : la chaleur, la mer, un grand bol d’air frais.

Et vous, vous rêvez à quoi en ce moment ?

Publié dans Art, Nature, Sciences

Plaisir des yeux: La beauté se cache partout

A votre avis, qui est l’auteur de cette œuvre?

Je vous laisse réflechir quelque secondes.

Ne trichez pas.

Ne regardez pas encore la réponse.

Techniquement, cette photo a été prise par Umberto Salvagnin (au passage, merci Umberto pour le partage sur Flickr). Mais la vraie artiste, c’est la nature. Car ce que vous voyez est en fait une feuille de chicorée vue en (TRES) gros plan, au microscope.

Ces motifs sont dignes d’œuvres abstraites. Ils pourraient résulter d’un processus complexe de teinture en mode tie-dye. Mais en fait, ils ne sont pas le fruit de la créativité humaine. Ils existent partout autour de nous.

Bien sûr, nous ne nous promenons pas tous avec un microscope à la main. Mais en termes d’esthétique, avouons que la nature est reine. Alors ouvrons grands nos yeux et apprécions. La nature est partout. Sa beauté est partout.

Publié dans Art

Plaisir des yeux: Mother’s kiss de Mary Cassat

Mary Cassat a peint de nombreux tableaux célébrant le lien d’amour entre une maman et ses enfants. J’aime particulièrement celui-ci. La robe de la maman, à peine esquissée, se fond dans l’arrière-plan. L’accent est mis sur l’enfant, et sur les mains et le visage de la maman.

Parce que c’est ça, être une maman. C’est embrasser, tenir, rassurer, donner de l’amour de manière inconditionnelle. Et l’enfant nous accorde sa confiance en retour. Quelle belle récompense !

Dimanche dernier, c’était la fête des mères dans de nombreux pays. Les mamans françaises seront fêtées dans une dizaine de jours. Mais avec un enfant dans les bras, n’est-ce-pas la fête des mères tous les jours? Je vais de ce pas faire un gros câlin avec mes lutins.

Publié dans Fetes et celebrations, Nature, Photo

Rallye photo: les arbres de mai

Dans ce post, vous découvrirez :

  • Comment les arbres de mai célèbrent l’amour
  • Quelques conseils pour les enfants qui veulent faire des photos.

Samedi, les bouleaux ont fleuri chez nous. Et cette fois, pas de risque d’avoir les yeux qui pleurent à cause des pollens.

En Allemagne, où nous habitons, la tradition des arbres de mai est très ancrée. Dans de nombreuses régions – un arbre vient orner la place du village et fait la fierté de la communauté.

Mais en Rhénanie, le « Maibaum » est l’arbre de l’amour.

Arbres de mai, arbres d’amour.

Dans la nuit du 30 avril au 1 mai, des camions sillonnent le village, remplis de jeunes garçons amoureux et de jeunes bouleaux. Les troncs et branches -des arbres, pas des garçons – sont décorés de rubans de couleur …. et d’un gros cœur orné du nom d’une jeune fille – leur dulcinée. Les arbres sont érigés contre le mur de la maison de la belle. Heureuse celle qui se réveille au premier mai avec son arbre de mai sur le pas de la porte. Parfois c’est une vraie surprise… reste à découvrir qui a fait sa déclaration. (Mon lutin pré-ado prend déjà des notes).

De nos jours, on peut aussi voir des arbres de mai célébrer un amour existant, avec un cœur dédié « à maman » ou « à ma femme ». Quelle magnifique manière pour les enfants et maris de souligner leur reconnaissance à celle qui est l’âme du foyer (et là, j’envoie un gros coup de coude, pas subtil du tout, à mes 3 hommes !). On voit aussi des décorations sur des arbres plantés dans les jardins, sur des poteaux, et même parfois sur des portiques de balançoire. C’est quand même plus écologique que de couper un arbre.

Petits conseils pour les lutins photographes

L’occasion était bien belle. Nous avons profité d’une éclaircie pour faire un petit rallye photo dans le village. Les arbres sont grands, et plus faciles à dénicher que des insectes. Ce n’est pas pour ça qu’ils sont faciles à photographier, même avec un appareil digital automatique.

Petits conseils que nous essayons d’appliquer pour le moment

Guilem photographie un arbre de mai
  • Ne pas mettre le doigt sur l’objectif
  • S’entraîner à ne pas bouger quand on appuie sur le déclencheur
  • Voir d’où vient la lumière ou le soleil et essayer de ne pas se mettre en face
  • Photographier sous différents angles, pour ensuite choisir celui qu’on aime le mieux.

Alors, quelle photo préférez-vous ?

En tout cas, au village, pendant tout le mois de mai, les rubans voleront au vent et chanteront l’amour. Si ce n’est pas romantique, ça ?