Publié dans Activite manuelle, Art, Creativite, Cuisine, Inspiration Montessori, Nature, Peindre et dessiner, Saisons

7 idées d’activités créatives avec des pâquerettes.

Dans cet article, vous trouverez :

  • De nombreuses légendes sur la pâquerette : nos ancêtres autour du monde accordaient plus d’attention à cette petite fleur que nous.
  • 7 idées d’activités créatives, gustatives et cosmétiques autour des pâquerettes.

J’adooore cette saison. Et j’adooore les pâquerettes. Notre gazon ne désemplit pas de ces petites fleurs blanches. Nous tondons, elles repoussent. C’est une manne qui semble inépuisable, du moins pendant quelques mois. C’est notre quatrième printemps dans notre jardin. Nous avons donc eu de multiples occasions d’explorer le potentiel de ces belles, bellis perennis de leur nom latin.

Légendes autour des pâquerettes

Eugène Rolland rapporte la légende suivante dans son livre « Flore populaire ou histoire naturelle des plantes dans leurs rapports avec la linguistique et le folklore ». La pâquerette serait née des larmes versées par Marie Madeleine quand elle ne trouva pas Jésus dans son tombeau au jour de sa résurrection.

Selon une autre croyance populaire, les pâquerettes auraient d’abord été complètement blanches. Un petit berger, l’offrit à Jésus, qui le baisa du bout des lèvres. Le cœur de la fleur devint jaune d’or et que le bord se marqua de rose à l’endroit du baiser. Une autre légende veut qu’un jour l’enfant Jésus se piqua avec une épine. Pour le consoler sa mère lui cueillit une pâquerette. Une goutte de sang coula sur la corolle et depuis, les pétales de la petite fleur sont teintés de rose.

Les celtes pensaient que les pâquerettes avaient le pouvoir d’arrêter la croissance. Une fée Milka en aurait donné en cachette à un prince pour qu’il reste à tout jamais enfant.

Une légende nordique raconte que dans les sombres forêts les arbres souffraient de ne pas voir le ciel bleu durant l’hiver. Baldur, dieu de la lumière, fit apparaître à leurs pieds une toute petite fleur en forme d’œil – une pâquerette – pour les prévenir de l’arrivée du printemps.

La nymphe romain Belidès se transforma en pâquerette pour échapper aux avances de Vertumnus , le dieu des saisons, et de la croissance des plantes.

Que d’histoires pour une petite fleur bien modeste et bien souvent ignorée de nos jours !

Comment utiliser les pâquerettes ?

Il est toujours possible de faire des mini bouquets. Malheureusement, ces petites fleurs sont plus résistantes dans le sol que dans un vase. Alors, que faire d’autre ? Nous sommes passé à l’action.

1. Grignoter
Dans leur section du jardin, nos lapins Roudoudou, Petidou et Cachou adorent croquer une petite fleur par ci par là. Pas besoin de préciser qu’ils ont toujours la priorité. Nous jouons avec celles qu’ils ont bien voulu nous laisser.

Les paquerettes comme snacks pour lapins.

2. Observer
Avec une loupe, ou à quatre pattes et le nez dans le gazon (au ras des pâquerettes 😊), les lutins aiment observer les fleurs. Observer est une première étape importante pour apprécier la nature.

Observer une paquerette a la loupe pour mieux apprecier la nature.
Peindre avec des paquerettes

3. Dessiner et peindre
Bien sûr, nous pouvons dessiner ou peindre une pâquerette sur une feuille. Nous pouvons aussi les tremper dans la gouache pour s’en servir de pinceau – tampon naturel. Ou bien nous les posons sur du papier, et tamponnons de la couleur autour pour créer une empreinte. Il y a plus d’une manière de créer avec une fleur. Laissons gambader notre imagination.

4. Coller
Toujours dans la catégorie arts visuels, nous réalisons des tableaux floraux avec des herbes, des fleurs et des pétales de saisons. La pâquerette est une ressource abondante.

5. Tresser
Avec une aiguille, et un peu de patience et dextérité, petit lutin a percé les cœurs jaunes pour créer une jolie guirlande. Ces guirlandes ne tiennent pas très longtemps, mais font une très jolie décoration printanière. C’est un excellent exercice de motricité fine.

Faire une guirlande de paquerette pour developper la matricite fine.
Salade verte avec des paquerettes

6. Grignoter encore
De nombreuses études ont identifié de multiples propriétés aux pâquerettes. Elles contiennent de la vitamine A et des minéraux (potassium, calcium, magnesium, phosphore, fer). Au-delà de leurs propriétés, je trouve qu’elles décorent à merveille mes salades. Les fleurs ont un goût légèrement amer, et les fleurs chatouillent un peu la gorge. Cette semaine, j’ai bien envie de tester une omelette aux épinards et aux fleurs.

7. Hydrater
Pour la deuxième année, nous avons réalisé de l’huile de pâquerettes. Nous ramassons les plus belles fleurs et les faisons sécher. Puis nous les faisons macérer dans de l’huile végétale (pour nous de l’huile de tournesol organique). Après quelques semaines, elle prend une belle couleur dorée. Filtrée, et avec quelques gouttes de vitamine E, elle se conservera plus longtemps. Cette huile nous a servi tout l’hiver dernier pour nous hydrater le corps. Elle a un effet tonifiant et raffermissant des tissus: elle est recommandée pour hydrater la poitrine ou pour le ventre des femmes enceintes. Christophe, d’Althéa Provence, la nomme « l’esthéticienne des prés ». Vous pouvez consulter son article très complet sur les multiples vertues médicinales de la belle.

Ces idées vous inspirent-elles ? Et vous, que faites-vous avec des pâquerettes ?

Publié dans Arts de la scene, Nature, Saisons

Plaisir des yeux: Gazon et chanson: Pâquerette de With Confidence

Notre gazon est tout beau, tout vert, avec plein de petites pâquerettes, pour notre plus grand plaisir et celui de nos lapins.

Donc cette semaine, je vous propose d’écouter une chanson d’amour, ou plutôt de fin d’amour du groupe australien With Confidence. Cette chanson s’intitule Pâquerette mais n’a en fait pas grand-chose à voir avec la petite fleur printanière (a part la première phrase : “You smell of daisies from the flowers in your hair”).

J’ai surtout aimé les messages d’empathie, d’espoir et d’amour qui émaillent le clip officiel. J’en ai traduit plusieurs.

  • J’espère que la vie te traite bien.
  • Tu es aimé.
  • Prends le temps de t’occuper de toi.
  • J’espère que tu apprends à t’aimer toi-même.
  • Continue à faire des efforts pour obtenir ce que tu veux.
  • J’espère que tu as trouvé ta voie et créé la meilleure vie possible.
  • Ta vie n’est peut-être pas toujours drôle mais j’espère que tu as de bons moments.
  • J’espère que tu vas bien et que tu as trouvé qui tu voulais vraiment être.
  • Tes rêves sont magnifiques.
  • Je crois toujours en ta liberté.
  • J’espère que tu as trouvé la paix.
  • Tu en vaux la peine.
  • J’aurais aimé être là pour toi comme tu as été là pour moi.
  • Pardonne toi.

Nous avons tous besoin d’aimer et d’être aimé.

N’hésitons pas à envoyez des ondes et des messages positifs à ceux qui nous sont chers.

Publié dans Activite manuelle, Creativite, Fetes et celebrations, Nature

Il est revenu, le temps du muguet: art, histoires, origamis…

Dans ce post vous trouverez :

  • Des anecdotes sur le muguet
  • Des photos de magnifiques bijoux art nouveau inspirés par le muguet.
  • Une activité pour enfant: le muguet en origami
  • Une chanson bien de saison

En mai, c’est le temps du muguet. Depuis que nous habitons en Allemagne, j’ai découvert que le muguet pousse dans la forêt. C’est carrément magique. Dans le sud de la France, il ne poussait que dans des pochettes plastiques.

Quelques histoires de muguet

En France, le 1er mai est synonyme de muguet, et vice-versa. On offre un brin de muguet à ceux que l’on aime comme porte-bonheur. Mais d’où nous vient cette tradition ? Nous nous sommes penchés sur la question et nous avons trouvé plusieurs histoires.

# 1 : Le dieu grec Appolon invente le muguet pour que ses neuf muses ne s’abiment pas les pieds.

# 2 : La Vierge Marie verse des larmes au pied de la croix, qui se transforment en fleurs de muguet.

# 3 : En 1560, le 1er mai bien sûr, le roi Charles IX reçoit un brin de muguet porte-bonheur au cours d’une visite en province. Ça lui plaît tellement que l’année suivante, le 1er mai bien sûr, il en offre à toutes les dames de sa cour.

Vous préférez quelle version ? Personnellement, j’adore l’idée du tapis de fleurs spécial Muses, même si la troisième est probablement plus historique.

Le muguet côté art

Un oeuf de Fabergé décoré de muguet

Œuf au muguet de Fabergé

Chaque année au moment de Pâques, le Tsar Nicolas II offrait un oeuf exécuté par Fabergé aux membres de sa famille. Les oeufs étaient décorés de pierres précieuses sur fond d’émail. L’Œuf au muguet” date de 1898. Il est composé de perles fines, de rubis, de diamants, de cristal de roche, d’or, de vermeil et d’émail.
(Ref. http://www.noblesseetroyautes.com/oeuf-au-muguet-de-faberge/)

Les délicates clochettes se prêtent particulièrement bien au travail délicat des joailliers art nouveau. Le petit lutin a adoré le peigne au centre. Moi, je ne saurais lequel choisir. Et vous, lequel préférez-vous ?

Le muguet était la fleur favorite de René Lalique. Chaque année, au 1er mai, le joaillier offrait du muguet et une boite de chocolat à tous ses employés. Ce bracelet de la fin du XIX siècle(photo de gauche) est composé de feuilles en argent et d’or et d’émaux pour les tiges.
(Ref: https://www.musee-lalique.com/en/muguet-lily-valley-bracelet)

Notre activité créative : Le muguet en origami

Comme il nous manquait des matières premières pour fabriquer un œuf de Fabergé, nous avons opté pour une activité d’origami. Le muguet est possiblement originaire du Japon, donc tout s’enchaine parfaitement.

Nous avons utilisé :

  • du papier vert (un carré de 15 x 15 cm, et un rectangle de 4 x 15 cm)
  • du papier blanc (plusieurs petits carrés de 2 x 2 cm)
  • de la colle
  • un petit pic pour rouler la tige

Nous avons suivi le tuto des origami de Thomas. Vous pouvez regarder sa vidéo.

Mais comme les clochettes étaient un peu compliquées, nous avons opté pour une version simplifiée :

  • Couper un petit carré blanc dans la diagonale;
  • Replier les 2 côtés, comme 2 petites oreilles;
  • Coller 2 triangles dos-à-dos

Et hop, une clochette

L’origami est une activité parfaite pour développer la motricité fine, la minutie (surtout avec des carrés de 2 cm) et la patience.

On colle les clochettes sur la tige au pistolet à colle. Et voila!

Muguet en papier origami

La bande sonore 

Le temps du muguet, de Francis Lemarque bien entendu.

Allez, on vous laisse. On va faire un tour en forêt pour trouver du vrai muguet.

Avec ou sans clochette, nous vous souhaitons plein de bonheur pour l’année à venir.

Publié dans Art, Nature, Saisons

Plaisir des yeux : les cerisiers d’Hiroshige

En ce beau jour de la terre, je vous offre un petit moment de beauté autour des cerisiers en fleurs de l’artiste japonais Hiroshige (1797 – 1858). Parce qu’un peu de beauté nous aidera certainement à finir cette semaine.

Les sakuras japonais sont célèbres et des visiteurs viennent du monde entier pour les admirer. Les cerisiers de Bonn sont moins connus, mais tout aussi magnifiques (Cette opinion ne concerne que moi. Je ne suis pas allée au Japon. Amis japonais, si vous m’invitez, je suis prête à réviser mon opinion.)

Ces œuvres japonaises font partie de l’art Ukiyo-e, c’est-à-dire des œuvres faites à partir de block de bois sculptés, couverts d’encre appliqués sur du papier.

Il y a des activités sympas inspirées de cet art à faire avec les enfants. Si cela vous intéresse, laissez-moi un petit mot dans les commentaires. Je vous montrerai ça bientôt.

Bon mercredi, et bonne deuxième partie de semaine.

Publié dans Art, Nature, Saisons

Plaisir des yeux : le magnolia de Matisse

Je vous offre un petit moment de beauté autour du magnolia pour célébrer le milieu de la semaine : le magnifique arbre en fleurs de mon jardin – dans lequel les lutins adorent grimper – et un tableau de Matisse.

Cet arbre était déjà grand lorsque nous avons emménagé durant l’hiver 2017-2018. Quelle surprise de le voir fleurir durant le premier printemps. Et chaque année, il nous offre ce spectacle magnifique. Son cycle de vie est intéressant : les bourgeons sont sur l’arbre presque tout l’hiver. Les fleurs s’ouvrent vers le mois d’avril. Puis les feuilles poussent. Parfois nous avons la chance d’avoir une deuxième floraison plus tardive. Puis un gros fruit vert apparait (désolé je ne connais pas le nom botanique). Les feuilles tombent. Les bourgeons apparaissent et on recommence.

Evan et Guilem adorent grimper dans ses branches toute l’année. Mais c’est au printemps que les photos sont les plus jolies.

Les magnolias ont inspiré plusieurs artistes, dont Henri Matisse. J’aime beaucoup ses toiles sur fond rouge dont cette « Nature morte aux magnolias » de 1941. La fleur est coupée et pourtant son énergie irradie et semble éclairer les objets sur la table.

Bon mercredi, et bonne deuxième partie de semaine.

Credit photo: Tableau de Matisse: Benjamin, 2011, Flickr

Publié dans Activite manuelle, Art, Nature

Nid douillet

Abonnez-vous au blog pour recevoir l’ensemble des supports
que j’ai utilisé pour cette discussion sur les nids.

C’est le printemps… enfin presque. Le thermomètre peine à atteindre les 2 chiffres, mais la nature commence à s’activer. Les crocus et les narcisses colorent déjà la pelouse tandis que les tulipes et iris essaient de se faire remarquer et les fleurs de magnolias s’étirent dans leurs coques veloutées. Et surtout, les petites mésanges tournent autour des nichoirs. Youhou !

C’était donc un parfait moment pour parler de nids.

Le nid, côté art – découvertes et discussion

Pour cette activité, j’ai collecté une série d’images sur le thème du nid : des photos de nature, des œuvres d’art, des objets design, etc. Nous avons visionné ces diapos en papotant.

J’ai d’abord demandé aux lutins à quels mots leur faisait penser un nid :  œuf, poussin, oiseau, douillet, chaud, naturel, petit. Pas de doute. Ils étaient inspirés.

Ce fut l’occasion de reparler des animaux ovipares, des mammifères, et des très rares mammifères ovipares (vous voyez de qui je veux parler ?). Et aussi des nids qui ne sont pas si petits. Saviez-vous que l’aire de l’aigle royal fait en général 2 à 3 mètres de diamètre ? Le plus gros nid connu est un nid de 6,1 m de haut pour un diamètre de 2,59 m.

Observer, decrire, et echanger des idees sur une oeuvre d'art: ici sur des tableaux de Matisse

(Souhaitez-vous decouvrir l’ensemble des œuvres que nous avons explorées? Enregistrez-vous sur la page de garde du blog. Je vous enverrai toute la présentation).

Parmi la sélection que je leur ai proposée, les lutins ont été particulièrement attirés par les tableaux de Magritte, surtout « Le Printemps ». Voici quelques commentaires de mes écolos en herbe :

  • Ciel bleu, feuilles vertes, œufs : c’est le printemps.
  • L’oiseau vit dans la forêt. C’est pour cela qu’il est couvert de feuilles. Cela montre où est sa vraie maison.
  • L’oiseau est libre.
  • Le nid et les œufs sont sur un mur construit par l’homme. Ils n’ont rien à faire là. C’est dangereux. L’oiseau ne peut pas couver. Le nid devrait être dans la forêt.

Magritte, Le Printemps

Et vous, que vous inspire ce tableau ?

Le nid côté jardin – une activité manuelle

L’an dernier, une famille de petites mésanges bleues a emménagé dans le jardin et pondus des œufs deux fois. Nous avons pu observer la ronde incessante des parents pour nourrir les oisillons et la première sortie des bébés. Et à l’automne, nous avons ouvert le nichoir pour le nettoyer et avons découvert le nid. Et la définition de douillet est devenue évidente : une accumulation de mousses, herbes, feuilles, poils, plumes, etc.

Cette année, nous avons voulu les aider (parce que bien entendu les mésanges n’attendaient que cela pour nicher). Nous avons donc préparé un « distributeur » de matériels.

Nous avons utilisé :

  • Une couronne en bouleau que j’avais faite l’an dernier avec des rameaux torsadés.
  • Des bouts de laine
  • Des herbes sèches
  • Des poils de lapin (contribution printanière de nos chers Roudoudou, Cachou et Petidoux)

Notre activité :

  • Nous avons enfilé les bouts de laine et les herbes entre les rameaux (pas trop serrés pour que les petits becs puissent les tirer, pas trop lâche pour que ça tienne quand il vente).
  • Nous avons tassé la fourrure toute douce sur la structure.
  • Nous avons suspendu le tout sur un arbre, près des nichoirs.
  • Tada ! C’est prêt ! Ne reste plus qu’à attendre que les oiseaux viennent..
Construire et decorer la couronne
Au jardin, la couronne attend les petites mesanges.

Nos découvertes et réflexions 

En général, les discussions sur un thème artistique commencent de manière assez structurée, et puis on se laisse emporter par le flot de la discussion. Laissons-nous aller. Ce sont de très bons moments d’échanges où chacun y va de son anecdote.

Les enfants adoreraient avoir un gros nid plein de coussins.

Nous n’avons pas forcément les mêmes goûts que les oiseaux. Ce qui nous semblent douillet et invitant ne l’est pas forcement pour nos amis à plumes. Mais apparemment, nous apprécions tous la fourrure des lapins. Les poils, c’est top pour nos amis à plume.

Un distributeur de laine, ça apporte un peu de couleur dans le jardin, en attendant les vraies fleurs.

Deux couples de mésanges ont déjà emménagé !

Et vous, aimez-vous observer les oiseaux ? Partager vos astuces pour les attirer dans les commentaires.

Publié dans Art, Nature, Peindre et dessiner

Souhaitez-vous découvrir mes pensées ?

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir … mes fleurs.

A quoi vous attendiez-vous, bande de curieux ? C’est le printemps. C’est de saison.

Donc je disais … les fleurs, et plus précisément, les pensées, ou viola de leurs petit nom scientifique. J’aime beaucoup les pensées, pour plusieurs raisons. Comme le nom latin le laisse supposer, de nombreuses variétés se parent de magnifiques teintes violettes, mauves, prunes, parmes…. Vous n’avez qu’à voir la couleur que j’ai choisi pour le blog pour deviner que j’adooore. Ensuite, les pensées sont disponibles en jardinerie des le mois de mars, voire fin février. Je ne sais pas si cela respecte le cycle de floraison naturel de la fleur. Mais fin février, je commence à en avoir sérieusement assez de l’hiver et je suis fin prête pour un peu plus de couleur. Donc les pensées sont les bienvenues pour m’aider à tolérer les dernières semaines d’hiver. Et enfin, j’ai planté des pensées durant nos trois années en Europe. Non seulement elles ont illuminé nos printemps, mais elles ont aussi survécu aux étés secs (et au manque d’arrosage pendant les vacances – je plaide coupable) et ont continué à fleurir une bonne partie de l’automne. Que demander de plus ?

On ne change pas un programme gagnant. Avec les enfants nous avons décidé de remplir les pots et jardinières. Et cela a été l’occasion d’une série d’activités … de culture  … et de culture.

Les pensées – côté jardin

Nous avons choisi une journée pas trop froide. Et c’est parti pour la valse des pots et pelles. Verser la terre, sortir une petite fleur de son godet sans abimer les racines, disposer les couleurs harmonieusement dans les jardinières, tasser la terre, arroser, et admirer. Il y a désormais au moins cinq teintes différentes de violet. Notre espace de vie s’est considérablement amélioré.

Au jardon, les enfants plantent de jeunes pensees.

Les enfants ont conclu :

« Ca fait tellement du bien de remettre les mains dans la terre ».

Je suis bien d’accord.

Au jardin: bien tasser la terre autour de la nouvelle fleur.

Les pensées – côté art

Peu d’artistes se sont intéressés aux pensées. Heureusement, Odilon Redon et Fantin-Latour ont su capturer la délicatesse de cette fleur. Personnellement, j’adore les vases de Redon, les fleurs au pastel contrastant sur le simple fond uni. Les lutins, eux, préfèrent le réalisme et les détails de Fantin-Latour. Mais pour notre moment artistique, la tentation d’essayer les beaux pastels a été la plus forte. C’est une technique que nous découvrons tous ensemble. Nous avons donc testé les traits, qui donnent de belles couleurs vives, et les estompes. Nous essaierons les aplats une autre fois. Que pensez-vous de notre premier essai ? Avez-vous des conseils à nous donner ?

Attention, les pastels et les vêtements clairs ne font pas toujours bon ménage….

Les pensées – la petite histoire

Avec mon grand fan de mythologie, on ne pouvait pas parler de pensées sans évoquer la légende de la belle Io (ou du moins l’une des nombreuses versions qui existent). Zeus séduisit la jeune femme. Héra, la femme de Zeus, l’apprit et transforma Io en génisse blanche. Pour consoler Io, ses amis lui envoyèrent leurs pensées sous formes de petites fleurs. J’aime imaginer toutes les pensées (positives – on en a besoin en ce moment) qui peuplent notre jardin.

Découvertes et réflexions

  • L’activité de jardinage est adaptée à tous les âges. La partie la plus délicate consiste à enlever les fleurs des godets sans les abimer. Cela demande un peu de dextérité, et de pratique : parfait pour mes petits bulldozers.
  • Dessiner une nature morte, c’est avant tout observer. Ce n’est pas si facile a realiser.
  • Nous avons découvert les pastels secs : une technique pas si simple mais intéressante. Il est possible de travailler avec le pastel à plat, ou avec les arêtes, avec des traits ou en estompant, pour un rendu très différent. Mais les pastels cassent facilement, Il faut apprendre à ne pas trop appuyer… un excellent exercice pour le petit lutin.
  • Une maison fleurie, c’est bien plus joli.

Et vous, quelles sont vos fleurs préférées au printemps ?

Credit photo: L’Art d’Apprendre